Ateliers d'Art de France
12/14 AVR. 2019

Corum - Montpellier

Démonstrations

Les exposants partagent avec vous leurs univers et leur passion, à travers des démonstrations de savoir-faire uniques !

 © DR

L’Atelier 217

L’Atelier 217 est un collectif de créateurs faisant référence aux 217 métiers d’art existants dans la nomenclature officielle nationale d’origine, qui comprend aujourd’hui 281 activités. L’association expose pour la 3e année consécutive sur le salon, et propose à cette occasion plusieurs animations :

  • Une démonstration du joaillier Franck Deseuste, qui donne vie à des bijoux uniques et originaux en leur insufflant une histoire singulière.
  • Une création de robe en direct, ornée d’un bustier de verre, d’orchidées et de bijoux.

Lycée des Métiers d’Art Georges Guynemer

Situé à Uzès, ce lycée forme ses étudiants aux métiers du bois, du métal, de la pierre et du textile. Autant de matériaux à découvrir grâce aux démonstrations en continu assurées par les élèves chaque jour du salon : taille de pierre, tapisserie d’ameublement, sculpture sur bois et marqueterie.

Les travaux d’études des étudiants peuvent aussi être admirés au sein de l’espace gourmet du salon Ob’Art : chaque section d’apprentissage du lycée a ainsi participé à la réalisation du mobilier de cet espace, en s’inspirant de l’esprit de décoration coréen.

 

Lycée George Guynemert (c) Aurélia Blanc

Chambre des Métiers d’Art de l’Artisanat de l’Hérault

Porte-parole de tous les artisans, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA) de l’Hérault a pour vocation de représenter les intérêts généraux de l’artisanat auprès des pouvoirs publics.

A l’occasion du salon, la CMA propose deux démonstrations en continu animées par un tourneur en céramique ainsi qu’un tapissier.

 

Sylune-Creations(c)-DR

Sylune Créations

La brodeuse et bijoutière Sylvaine Delivré utilise la technique de broderie traditionnelle du point de Lunéville, consistant à poser sur un tulle des perles et paillettes avec un crochet. La particularité de la pose est qu’elle se fait « à l’envers » : on dit que les « Lunevilleuses » ont des yeux au bout des doigts car elles ne voient pas la pose de leurs perles dont le fil se situe sous le métier.

La créatrice va au-delà de cette technique et la combine avec des méthodes de bijouterie pour créer des pièces singulières comme des masques ethniques, des bijoux ou des aumônières.